La "Nuit des Étoiles" du CDSA

Pour la traditionnelle « Nuit des Etoiles » le CDSA (Centre de Documentation Spécialisé en Astronomie) et le (...)

Lire la totalité de l'article O’ceam : dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances

Ne manquez pas votre dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances : le SAMEDI 8 AOUT de 8h à 13h (...)

Lire la totalité de l'article
Domaine de Fonds St-Jacques : Journée professionnelle & Ciné Club Karayib

Dans le cadre de la 13e édition du Biguine Jazz Festival, le Domaine de Fonds Saint-Jacques - Centre (...)

Lire la totalité de l'article Première édition du « Trophée Dinette Héloïse Coppet »

A l’occasion de la fête du quartier Anse Mitan, la Ville des Trois-Ilets organise la première édition du « (...)

Lire la totalité de l'article
Les plus lus

Actualités


  • 30-01-2014

    CHALVET, la conquête de la dignité"


    Après les 16 de Basse-Pointe, les Films du Marigot présentent, en exclusivité, la bande annonce du nouveau film de Camille Mauduech !

    "CHALVET, la conquête de la dignité"

    Le film sortira au cinéma aux Antilles :

    - Martinique le 31 janvier 2014
    - Guadeloupe au mois d’avril 2014

    - Sortie Nationale : Mars 2014


    Découvrez la bande annonce du film "CHALVET la conquête de la dignité"- Tous au cinéma dès le janvier 2014.



    - Le SYNOPSIS

    Années 70, « le temps des gauchistes » se prépare en Martinique. Mai 68 et le conflit sino-soviétique ont fait leurs œuvres dans le coeur des jeunes étudiants antillais.

    Le développement urbain et la « modernité » ont envoyé aux oubliettes les campagnes et leurs ouvriers agricoles. Alors que le terrain des luttes syndicales est concentré sur la ville aux mains des syndicats incontestables et péremptoires, l’aire de lancement des jeunes militants maoïstes sera la campagne laissée à l’abandon qui installent dans une relative clandestinité l’école de la conscience politique dans les quartiers ouvriers du Nord de la Martinique. Les « professeurs » militants globalement identifiés par la surveillance comme gauchistes, n’affichent pas leur objectif : La révolution passera par la classe paysanne.

    Mais qui « organise » qui ? Les jeunes militants qui font la « classe » de la conscience politique aux ouvriers agricoles ou les ouvriers agricoles qui font la démonstration du pays réel aux jeunes militants qui ne cessent de vivre l’idée de révolution par procuration ? Au fil des contacts, des réunions, des confidences, le dogmatisme gauchiste s’efface devant la situation sociale, la détresse familiale, la résignation devant les patrons tout puissants.

    Le 17 janvier 1974, s’exhortant de dix ans de silence, les ouvriers agricoles de la banane lance une grève qui emboîte le pas de celles entreprises par les travailleurs de la ville contre la vie chère. Les travailleurs de la ville n’ont pas été empêchés de manifester et de faire largement valoir leurs revendications dans la rue, mais les ouvriers agricoles ont à leur tête des présumés leaders d’extrême-gauche, surveillés de près, qui menacent la stabilité économique et politique du pays en manipulant la classe paysanne.

    Ainsi, alors que leur mouvement est proche d’atteindre l’objectif de la grève générale de toute la filière d’exploitation de la Banane, le 14 février 1974, les ouvriers sont pris au piège et arrêtés dans leur progression à Basse-Pointe, au lieu-dit Chalvet, où les gardes mobiles, garants du maintien de l’ordre, les encerclent et leur coupent toute retraite.

    Hélicoptère, gaz lacrymogènes, coups de feu et coutelas restent les traces tangibles du drame de Chalvet. Un mort, quatre blessés graves opérés en urgence, des dizaines d’autres qui sont rentrés chez eux et se sont tus à jamais, du côté des grévistes. Sans doute des gendarmes blessés dont il est vrai, on parle peu.

    Deux jours plus tard, on retrouve le corps d’un jeune ouvrier de 20 ans, vu dans le cortège de grévistes et dont la disparition a été signalée par ses parents. Le corps meurtri porte des traces indéniablement identifiées comme des traces de torture par ceux qui l’ont vu ce jour-là sur la plage de Chalvet. Noyade, asphyxie, torture, accident ? Une violence qui n’a jamais été reconnue, un décès dont les raisons restent suspectes ? Une mort non élucidée reste d’évidence.

    À qui la faute ? Aux militants gauchistes qui auraient « galvanisés » des ouvriers à des fins politiques révolutionnaires ? Au colonialisme sourd qui crie son nom et sa violence ?

    La dernière grande grève ouvrière martiniquaise est vécue comme un échec mais les « professeurs » d’hier sont en partie les hommes politiques d’aujourd’hui. Une Martinique « nouvelle », soutenue par une politique gouvernementale d’investissement, se confirme. L’ère de la fonction publique, de la consommation et de l’importation et paradoxalement du discours électoral patriote prennent leurs marques. La fin de la précarité de l’emploi pour les travailleurs agricoles devra attendre encore quelques années, sans parler de l’utilisation des produits toxiques de traitement.

    Des femmes et des hommes racontent avec leurs postures, leurs certitudes, leurs émotions, leurs peurs, leurs forces. Rythmant le récit des personnages, la mémoire des évènements et l’émotion des souvenirs, le Nord-Atlantique de la Martinique dévoile ses paysages chargés de traces d’histoire aux valeurs ancestrales : résistance et solidarité « en tan lontan », du temps passé.

    Dans une certaine mesure, cette histoire nous parle du monde d’aujourd’hui : La question du travail est en jeu pour vivre dignement, la question de la souffrance à partager, celle de l’environnement et de la santé, la fraternité, la conviction ou comment arracher sa quotepart de dignité au monde.



Dans la même rubrique


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...

Tous droits réservés Terre locale 2011 - Une réalisation Come Online