La "Nuit des Étoiles" du CDSA

Pour la traditionnelle « Nuit des Etoiles » le CDSA (Centre de Documentation Spécialisé en Astronomie) et le (...)

Lire la totalité de l'article O’ceam : dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances

Ne manquez pas votre dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances : le SAMEDI 8 AOUT de 8h à 13h (...)

Lire la totalité de l'article
Domaine de Fonds St-Jacques : Journée professionnelle & Ciné Club Karayib

Dans le cadre de la 13e édition du Biguine Jazz Festival, le Domaine de Fonds Saint-Jacques - Centre (...)

Lire la totalité de l'article Première édition du « Trophée Dinette Héloïse Coppet »

A l’occasion de la fête du quartier Anse Mitan, la Ville des Trois-Ilets organise la première édition du « (...)

Lire la totalité de l'article
Les plus lus
  • Actualités

    1ère conférence sur le tourisme sportif caribéen les 23 et 24 janvier 2014

  • Actualités

    Jounen Bô la Riviè à Saint-Joseph avec l’AFFP

  • Actualités

    LUMINA 2012 - Les grands trophées de la jeunesse : Résultats des votes et Trophées

  • Actualités

    Rendez-vous aux jardins 2012

  • Écologie

    Des jardins verticaux pour une déco tendance et naturelle

  • Infoconso

    NOUVEAU : Le sirop "COEUR DE MABI"

  • Nutrition

    La pomme d’eau

  • Créateurs de richesses

    14 martiniquais primés Talents de l’Outre-mer 2013

  • Bien-être

    4 astuces pour alimenter la flamme dans votre couple

  • Actualités

    KALI fait son Atrium !

  • Evenements culturels

    Concert gratuit du groupe Bélya

  • Santé

    Le noni, contre les rhumatismes

Développement durable


  • 17-03-2011

    Comprendre la catastrophe de la centrale Fukushima Daiichi

    Comme beaucoup d’entre vous, nous sommes rivés sur nos écrans et maintenus en haleine face à l’ampleur de la catastrophe nucléaire qui se joue au Japon.

    Après un terrible tremblement de terre, un tsunami dévastateur, les japonais n’ont pas encore fait le deuil de leurs morts, qu’ils doivent déjà vivre sous la menace d’une catastrophe nucléaire sans précédent.

    Où en sommes nous ? qu’elles conséquences sur l’homme et sur l’environnement et enfin qu’elle leçon devons nous en tirer ?

    Comprendre l’accident nucléaire

    La centrale de Fukushima Daiichi est l’une des 25 plus grandes centrales nucléaires au monde. Elle est située sur le territoire du bourg d’Okuma, dans la préfecture de Fukushima, au bord de l’océan pacifique. Elle comprend six réacteurs à eau bouillante.

    Suite du séisme du 11 mars 2011 de magnitude 9 qui a dévasté le nord de l’archipel nippon, les réacteurs 1, 2 et 3 ont été automatiquement arrêtés. Les systèmes de refroidissement ainsi que les systèmes de secours ont été endommagés. De ce fait, l’énergie résiduelle du combustible n’était plus évacuée et la température au sein du cœur n’a cessé d’augmenter ce qui a conduit à une diminution du niveau d’eau, au découvrement d’une partie du combustible et enfin abouti à une fusion partielle.

    A l’heure actuelle, trois fusions partielles de cœurs, deux incendies de combustible usé et cinq explosions d’hydrogène sont survenues dans la centrale nucléaire de Fukushima Daiichii, qui relâche des quantités colossales de radioactivité dans l’atmosphère.

    Dans 4 réacteurs, le combustible usé pourrait être en contact avec l’environnement.

    Le cœur du réacteur nucléaire n°1 a fusionné à 70 %. Le cœur est refroidi uniquement par injection d’eau de mer dans le circuit primaire. Des rejets de vapeur radioactive ont toujours lieu.

    Le cœur du réacteur nucléaire n°2 a fusionné à 33 %. Le réacteur a subi une explosion d’hydrogène le 15.03. Le cœur est refroidi uniquement par injection d’eau de mer dans le circuit primaire.

    Le cœur du réacteur nucléaire n°3 a fusionné à un pourcentage inconnu. Le réacteur a subi une explosion d’hydrogène le 13.03. Des rejets de vapeur radioactive ont toujours lieu. Le coeur est refroidi uniquement par injection d’eau de mer dans le circuit primaire.

    "La plus haute des priorités maintenant est de verser de l’eau en quantité adéquate sur les réacteurs n°3 et 4 , tout particulièrement sur les piscines de combustible usé" a déclaré un porte parole de l’agence de sûreté nucléaire japonaise le 17.03.[viii]

    Le matin du 17.03, deux hélicoptères de l’armée japonaise ont déversé 60 000 litres d’eau de mer sur le réacteur n°3."Nous avons décidé de le faire car aujourd’hui c’est la date limite (Ndr : pour le faire)" a déclaré le ministre japonais de la Défense.

    Selon Tepco, la radioactivité n’aurait pas baissé après le passage des hélicoptères et se maintiendrait à un niveau de 3mSv/h, 20 000 fois le niveau de radioactivité naturelle.[xi] Dans la journée du 17.03, des camions citernes équipés de canon à eau devraient prendre le relais des hélicoptères pour arroser à une distance de 45 mètres le réacteur n°3.

    Vous pouvez également consulter un diaporama en image très bien expliqué sur le site de RTL.fr pour mieux comprendre ce qui s’est passé et les conséquence sur l’homme

    Conséquences sur l’homme et l’environnement ?

    En cas de catastrophe type Tchernobyl, les conséquences sur la santé l’homme seraient multiples selon le niveau d’exposition aux radiations :

    -1. les cancers :

    - les cancers tyroïdiens - des leucémies - des cancers du seins ...

    - 2. les pathologies non cancéreuses

    * Asthénie, anémie, sensibilité aux infections,troubles cardiovasculaires, traumatisme psychologique, des troubles cardiaques * Les malformations congénitales : un grand nombre de bébés nés après l’accident sont profondément handicapés moteurs et mentaux

    Pour plus de précisions voir le reportage de TF1 sur les effets sur la santé

    L’impact sur l’environnement est d’autant plus alarmant.

    Des fuites de radioactivités ont déjà été signalés dans plusieurs régions au Japon, proches de la centrale. Le risques de contamination des sols par l’iode-131 et le césium-137, n’est pas écarté. Ces éléments radioactifs peuvent être ingérés par des animaux ou par l’homme une fois en contact avec le sol ou nappes phréatiques. Le césium-137, est quant à lui moins mobile. Il pénètre dans le sol, et se fixe aux minéraux. Consommé par plusieurs organismes, il se concentre dans la chaire animale à mesure qu’il avance dans la chaîne alimentaire.

    Quelles leçons en tirer ?

    A l’heure où certains politiques trouvent "indécent" de parler d’alternative au nucléaire. Ils nous semble pourtant qu’il est enfin temps de parler des énergie renouvelable et de réduction de la consommation en énergie.

    Il est clair que l’homme ne maîtrise parfaitement une énergie aussi puissante que le nucléaire. Toutes les mesures de sécurités prises à ce jour semblent si faible comparé à l’ampleur des dégâts que peuvent générés la radioactivité.

    S’il semble difficile aujourd’hui de s’en passer, il est peut être temps de limiter le nombre de centrales et ainsi développer d’autres ressources pour fabriquer l’énergie dont nous avons tant besoin.

    source groupe sortir du nucléaire :



Dans la même rubrique


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...

Tous droits réservés Terre locale 2011 - Une réalisation Come Online