La "Nuit des Étoiles" du CDSA

Pour la traditionnelle « Nuit des Etoiles » le CDSA (Centre de Documentation Spécialisé en Astronomie) et le (...)

Lire la totalité de l'article O’ceam : dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances

Ne manquez pas votre dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances : le SAMEDI 8 AOUT de 8h à 13h (...)

Lire la totalité de l'article
Domaine de Fonds St-Jacques : Journée professionnelle & Ciné Club Karayib

Dans le cadre de la 13e édition du Biguine Jazz Festival, le Domaine de Fonds Saint-Jacques - Centre (...)

Lire la totalité de l'article Première édition du « Trophée Dinette Héloïse Coppet »

A l’occasion de la fête du quartier Anse Mitan, la Ville des Trois-Ilets organise la première édition du « (...)

Lire la totalité de l'article
Les plus lus

Actualités


  • 8-02-2012

    Conférence-débat sur les libres de couleur en Martinique, des origines à 1815


    La Bibliothèque Schœlcher vous invite à la conférence-débat : « Les libres de couleur en Martinique des origines à 1815 : l’entre-deux d’un groupe social dans la tourmente coloniale »  : une présentation des travaux de recherche portant sur la thèse de doctorat de M. Abel Alexis LOUIS.

    Évoquer la place des libres de couleur en Martinique des origines à 1815, c’est évoquer un curieux paradoxe. Afin d’appréhender ce dernier et aborder la position des libres de couleur dans la société, M. LOUIS s’est penché sur le processus de formation du groupe des libres de couleur de 1635 à la veille de la Révolution française en mettant en lumière l’origine de celui-ci, le statut, la condition des personnes, la répartition géographique, la situation socioéconomique et les réseaux de sociabilité qu’ils utilisent dans la société.

    Jeudi 09 février 2012 à 18h30 - Bibliothèque Schoelcher


    L’EXPRESSION " LIBRES DE COULEUR "

    L’expression « libres de couleur » désigne une des classes juridiques instituées dans les colonies françaises avant l’abolition de l’esclavage. Elle apparaît dans les ordonnances locales et royales promulguées dans les années 1720 à Saint-Domingue pour marquer la distinction avec les « nègres affranchis ». Cet usage se démarque alors des articles du Code noir de 1685 qui ne faisait pas de différence entre l’ensemble des gens libres3.

    Cette discrimination se traduisit, à partir de 1724, par une politique de ségrégation sociale : bien que libres, les gens de couleur libres ne pouvaient pas accéder aux postes à responsabilité (fonctions judiciaires, exercice de la médecine, commandement militaire) ni obtenir des privilèges ou des offices royaux, en vertu du « préjugé de couleur ». Dans les actes notariés, quatre degrés de couleur furent introduits : nègre, mulâtre, quarteron et blanc. C’est à cette époque que les libres de couleur furent appelés péjorativement les « sang-mêlés ». Leur égalité juridique avec les Blancs ne sera reconnue qu’en 1792 à la Convention nationale après une série de débats opposant anti-esclavagistes et représentants des colons blancs.

    source : wikipedia



Dans la même rubrique


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...

Tous droits réservés Terre locale 2011 - Une réalisation Come Online