La "Nuit des Étoiles" du CDSA

Pour la traditionnelle « Nuit des Etoiles » le CDSA (Centre de Documentation Spécialisé en Astronomie) et le (...)

Lire la totalité de l'article O’ceam : dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances

Ne manquez pas votre dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances : le SAMEDI 8 AOUT de 8h à 13h (...)

Lire la totalité de l'article
Domaine de Fonds St-Jacques : Journée professionnelle & Ciné Club Karayib

Dans le cadre de la 13e édition du Biguine Jazz Festival, le Domaine de Fonds Saint-Jacques - Centre (...)

Lire la totalité de l'article Première édition du « Trophée Dinette Héloïse Coppet »

A l’occasion de la fête du quartier Anse Mitan, la Ville des Trois-Ilets organise la première édition du « (...)

Lire la totalité de l'article
Les plus lus

Kréyol


  • 9-09-2009

    De l’oral à l’écrit

    Toutes les langues du monde au cours de leur histoire, pendant longtemps, très longtemps, ont été uniquement parlées.

    La mémoire que l’on cultivait par des procédés mnémotechniques efficaces était l’unique moyen de transmission, de générations en générations, des textes sacrés et profanes… Par la suite, le recours exclusif à la mémoire n’était plus de mise, du moins au sein des civilisations pratiquant l’écriture d’abord manuscrite selon divers procédés, par la suite imprimée, aujourd’hui tapuscrite…

    De par le monde, il y a encore bon nombre de langues qui ne sont que parlées, et, avec les avancées de la « modernité », on peut craindre que celles qui ne sont tributaires que de la mémoire pour leur survie, on peut craindre que les trésors de l’oralité qu’elles renferment, ne se détériorent voire ne disparaissent progressivement au rythme de la disparition des anciennes générations …Avec raison, défunt Hampaté Ba, poéte et ethnologue malien, a écrit « En Afrique, quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle »

    Cette parole est une parole de vérité qui, dépassant les frontières du continent africain, concernent aussi les peuples de culture créolophone En Martinique, la langue créole exclusivement parlée, est, depuis quelque 25 années, écrite par une minorité grandissante, selon des modalités graphiques dont le principe s’énonce comme suit :

    tout ce qui se prononce, s’écrit ; tout ce qui s’écrit, se prononce.



Dans la même rubrique


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...

Tous droits réservés Terre locale 2011 - Une réalisation Come Online