La "Nuit des Étoiles" du CDSA

Pour la traditionnelle « Nuit des Etoiles » le CDSA (Centre de Documentation Spécialisé en Astronomie) et le (...)

Lire la totalité de l'article O’ceam : dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances

Ne manquez pas votre dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances : le SAMEDI 8 AOUT de 8h à 13h (...)

Lire la totalité de l'article
Domaine de Fonds St-Jacques : Journée professionnelle & Ciné Club Karayib

Dans le cadre de la 13e édition du Biguine Jazz Festival, le Domaine de Fonds Saint-Jacques - Centre (...)

Lire la totalité de l'article Première édition du « Trophée Dinette Héloïse Coppet »

A l’occasion de la fête du quartier Anse Mitan, la Ville des Trois-Ilets organise la première édition du « (...)

Lire la totalité de l'article
Les plus lus
  • Actualités

    Le 17 juin Fête des papas avec TAM LOISIRS

  • Culture

    Exposition 7 décennies, 7 femmes, 7 regards

  • Conseils et infos TPE

    Les Rendez-vous de l’international de la CCIM

  • Kréyol

    Apports des langues

  • Actualités

    Le U Clubbing inaugure un nouveau concept !

  • Culture

    Conférence : « Cahier d’un retour au pays natal ou l’odyssée d’une prise de conscience »

  • Evenements culturels

    22 mé : Domaine Fonds St-Jacques

  • Actualités

    Le port de Fort-de-France de nouveau bloqué

  • Actualités

    Josette MANIN succède à Claude LISE à la présidence du Conseil Général

  • Actualités

    Atelier d’expression et de découverte des percussions

  • Créateurs de richesses

    Naviguez sur les créations Palmis- Cré Yole

  • Ecologie

    Quand la nature nous fait du bien...

Auteurs


  • 1er-12-2014

    Edouard GLISSANT


    Édouard Glissant, né le 21 septembre 1928 à Sainte-Marie à la Martinique et mort le 3 février 2011 à Paris, est un écrivain, poète et essayiste français. Édouard Glissant étudie au lycée Victor-Schœlcher de Fort-de-France. Il quitte la Martinique pour Paris en 1946 afin d’étudier l’ethnographie au Musée de l’Homme, mais aussi l’histoire et la philosophie à la Sorbonne. Alors proche des thèses de Frantz Fanon, il fonde, accompagné de Paul Niger, en 1961 le Front antillo-guyanais d’obédience indépendantiste, puis autonomiste, ce qui lui vaut d’être expulsé de la Guadeloupe et assigné à résidence en France métropolitaine. Il est interdit de séjour dans son île natale pour « séparatisme » de 1959 à 1965. Il est signataire du manifeste des 121 en 1960. Certains de ses ouvrages, tel le Discours antillais, restent très marqués par son engagement anticolonialiste.

    Il revient en Martinique en 1965 et y fonde l’Institut martiniquais d’études, ainsi qu’Acoma, un périodique en sciences humaines. Titulaire d’un doctorat en lettres (1980), il adhère aux thèses de la négritude avant de développer par la suite les concepts d’antillanité et de créolisation. De 1982 à 1988, il est directeur du Courrier de l’Unesco, organe de presse où il défend notamment le concept de "mondialité", "la face humaine de la mondialisation". En 1989, il est nommé « Distinguished University Professor » de l’université d’État de Louisiane (LSU), où il dirige le Centre d’études françaises et francophones. En 1992, Edouard Glissant a été finaliste pour le prix Nobel de littérature en 1992, mais c’est l’écrivain Saint-Lucien Derek Walcott qui l’emporte d’une voix. Il vit ensuite à New York où, à partir de 1995, il est « Distinguished Professor » en littérature française, à l’université de la Ville de New York.

    En janvier 2006, Édouard Glissant se voit confier par le président Jacques Chirac la présidence d’une mission en vue de la création d’un Centre national consacré à la traite et à l’esclavage. Il prend position contre la création d’un ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale et condamne la politique d’immigration menée depuis l’élection du président Nicolas Sarkozy. De cet engagement politique et poétique naîtra un court manifeste, Quand les murs tombent, l’identité nationale hors la loi ?, rédigé avec Patrick Chamoiseau. En 2007, il crée avec le soutien du conseil régional d’Île-de-France et du ministère de l’Outre-Mer, l’Institut du tout-monde. Cet institut a pour objectif de faire avancer la pratique culturelle et sociale des créolisations. Il favorise la connaissance de l’imaginaire des peuples dans leur diversité. À l’écoute des mélodies du monde, il accompagne, à travers la multiplicité des langues, la pluralité des expressions artistiques, des formes de pensée et des modes de vie.

    Au monde qui se replie sous la loi de l’unicité et de l’esprit de système l’Institut du tout-monde oppose les identités en mouvement. À la fois site d’études et de recherches, espace d’invention et de formation, lieu de rencontres, il est dédié aux mémoires des peuples et des lieux du monde.6 En 2009 et 2010, il est membre du jury du prix de la BnF. Le 3 février 2011, il s’éteint à l’âge de 82 ans à Paris. Les obsèques d’Édouard Glissant se déroulent le 9 février 2011 en l’église du Diamant. Il est inhumé dans le cimetière de la commune.

    Source de l’image : http://sandycarros.canalblog.com/ar...

    Mots clés : livre, littérature


Dans la même rubrique


1 | 2

Tous droits réservés Terre locale 2011 - Une réalisation Come Online