La "Nuit des Étoiles" du CDSA

Pour la traditionnelle « Nuit des Etoiles » le CDSA (Centre de Documentation Spécialisé en Astronomie) et le (...)

Lire la totalité de l'article O’ceam : dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances

Ne manquez pas votre dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances : le SAMEDI 8 AOUT de 8h à 13h (...)

Lire la totalité de l'article
Domaine de Fonds St-Jacques : Journée professionnelle & Ciné Club Karayib

Dans le cadre de la 13e édition du Biguine Jazz Festival, le Domaine de Fonds Saint-Jacques - Centre (...)

Lire la totalité de l'article Première édition du « Trophée Dinette Héloïse Coppet »

A l’occasion de la fête du quartier Anse Mitan, la Ville des Trois-Ilets organise la première édition du « (...)

Lire la totalité de l'article
Les plus lus

Evenements culturels


  • 10-02-2011

    "La Martinique aux Martiniquais" l’affaire de l’OJAM

    Camille MAUDUECH, réalisatrice martiniquaise nous revient cette année avec son nouveau documentaire sur un pan de l’histoire de Martinique : "La Martinique aux Martiniquais" l’Affaire OJAM. C’est à l’issue de la sortie de son film "Les 16 de Basse-Pointe" en 2008, que Camille MAUDUECH reçoit de nombreuses sollicitations pour révéler une page de notre histoire sur l’affaire OJAM.

    Pour la réalisatrice ce nouveau film est "un regard non partisan sur l’histoire du nationalisme outremer. C’est poser la question de la « résistance » et pointer, à travers ce film, la volonté d’émancipation des martiniquais qui existe depuis toujours, depuis l’esclavage, après l’esclavage lors de l’insurrection du Sud en 1870, en décembre 1959 à Fort-de-France, en 1962 dans une volonté de libération nationale tuée dans l’oeuf, en 2009 dans une confusion de crise économique inévitablement historique.

    A voir absolument !

    L’histoire se déroule dans les années 60. La Martinique, ancienne colonie devenue département français d’outremer en 1946, s’enlise dans un « indéfectible attachement à la France » alors que le grand souffle des luttes d’indépendances s’étend à travers le monde. La guerre d’Algérie portée sur le territoire français contraint de se positionner, de s’engager.

    Une affiche aux couleurs chatoyantes apparaît au petit matin du 23 décembre 1962 sur tous les murs des bâtiments publics, écoles, commissariats, mairies, églises en tout point de la Martinique. Cet affichage massif, clandestin et nocturne porte en lettres capitales un slogan incantatoire « LA MARTINIQUE AUX MARTINIQUAIS » .

    Le signataire, l’OJAM, Organisation de la Jeunesse Anticolonialiste de la Martinique, affiche ainsi sa volonté nationaliste. Cette organisation de jeunes gens serait pilotée par des étudiants et des personnalités intellectuelles de la diaspora antillaise à Paris, séparatistes et intouchables, préparant la lutte de libération nationale avec le soutien logistique du FLN, fraîchement victorieux en Algérie. Le mouvement porte le spectre des évènements algériens, le gouvernement gaulliste doit mettre un terme à une possible « fellaghalisation » des Antilles.

    Dix-huit jeunes « ojamistes » martiniquais dont cinq membres du Parti Communiste Martiniquais sont inculpés en février 1963 pour complot et atteinte à l’intégrité du territoire national, en d’autres termes de volonté séparatiste.

    "La Martinique aux martiniquais" sortie en salle à partir du 11 février au Palais des Congrès de Madiana

    Mots clés : culture, patrimoine


Dans la même rubrique


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...

Tous droits réservés Terre locale 2011 - Une réalisation Come Online