La "Nuit des Étoiles" du CDSA

Pour la traditionnelle « Nuit des Etoiles » le CDSA (Centre de Documentation Spécialisé en Astronomie) et le (...)

Lire la totalité de l'article O’ceam : dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances

Ne manquez pas votre dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances : le SAMEDI 8 AOUT de 8h à 13h (...)

Lire la totalité de l'article
Domaine de Fonds St-Jacques : Journée professionnelle & Ciné Club Karayib

Dans le cadre de la 13e édition du Biguine Jazz Festival, le Domaine de Fonds Saint-Jacques - Centre (...)

Lire la totalité de l'article Première édition du « Trophée Dinette Héloïse Coppet »

A l’occasion de la fête du quartier Anse Mitan, la Ville des Trois-Ilets organise la première édition du « (...)

Lire la totalité de l'article
Les plus lus

Santé


  • 19-02-2015

    La pratique du jeûne


    En veille de période de carême, nous avons choisi de nous intéresser à la pratique du jeûne.

    Souvent associé à un rite religieux, le jeûne connaît un véritable engouement chez des personnes en quête de perte de poids ou encore cherchant une méthode efficace pour régénérer son corps.

    Mais qu’en est-il vraiment ? Comment le pratiquer et quels sont les bienfaits ou les risques sur la santé ?

    Terrelocale mène l’enquête.


    Qu’est ce que le jeûne ?

    Le jeûne est une démarche volontaire et se pratique depuis l’antiquité. Il consiste à réduire de manière complète l’apport en nourriture pendant une durée bien définie.

    La durée est variable, mais l’on considère que vous pratiquez le jeûne après 16h restées sans manger et il peut durer jusqu’à trois semaines.

    Selon une étude de Herbert M. Shelton, la sensation de faim disparaît au bout de 3 jours mais au delà de 3 semaines il peut y avoir des risques irréversibles sur l’organisme.

    Si pour la religion catholique le jeûne constitue un geste de pénitence, pour d’autres, il est considéré comme une nouvelle thérapie.

    Le carême, jeûne alimentaire ou un plaisir

    "Dans la religion catholique, le jeûne a pour but de donner soif et faim de Dieu et de sa parole". Il n’est pas seulement un geste de pénitence, mais aussi un geste de solidarité avec les pauvres et une invitation au partage et à l’aumône.

    Selon le Can.1251, code de droit canonique, "L’abstinence de viande ou d’une autre nourriture, selon les dispositions de la conférence des Evêques, sera observée chaque Vendredi de l’année, à moins qu’il ne tombe l’un des jours marqués comme solennité ; mais l’abstinence et le jeûne seront observés le Mercredi des Cendres et le vendredi de la Passion et de la Mort de Jésus Christ."

    Le carême s’est constitué comme temps de pénitence au IV° siècle, l’obligation du jeûne était très rigoureuse : un seul repas le soir sans viande, ni oeuf, ni laitage, ni vin. Il s’est progressivement adouci.

    Depuis 1949, le jeûne de carême est limité à deux jours, le mercredi des cendres et le vendredi saint. L’église n’ordonne de jeûner que 2 fois l’an. Si on prend un repas à midi, on ne prend qu’une légère collation le soir.

    Mais le jeûne n’est pas qu’alimentaire, Jeûner c’est aussi se priver momentanément de quelque chose qui nous est nécessaire ou très agréable pour se donner le temps de retrouver l’essentiel.


    Comment le pratiquer ?

    Il existe deux types de jeûnes :

    le jeûne partiel et celui dit intégral.

    Le jeûne partiel consiste à priver son corps de tout aliment solide pendant une période minimale de trois jours. Pendant cette période, il est préconisé de boire du thé, des tisanes, des jus de fruits et des bouillons de légumes. L’apport calorique est alors très bas puisqu’il n’excède pas 350 calories par jour, au lieu des 1 800 calories recommandées pour une femme. Cette méthode est souvent couplée par des ateliers de nutrition, des randonnées ou encore de la méditation.

    Le jeûne intégral, plus rare, a pour principe de ne rien avaler sauf de l’eau. Dans ce cas, un repos absolu est demandé.

    A toutes ces pratiques, il ne faut surtout pas supprimer l’apport en eau ou autres boisson, tels que le thé ou bouillon de légumes par exemple.


    Que se passes t-il dans notre corps ?

    Dans les première heures du jeûne, l’organisme consomme le glucose (notre carburant « principal”) à partir du glycogène du foie et des muscles, mais ces réserves énergétiques s’épuisent très vite, et au bout de 48 heures, le relais se fait par d’autres voies de ”néoglucoformation”, à partir des acides aminés et des acides gras.

    Durant les deux premiers jours, l’organisme se met au repos et consomme ses superflus de glycogène. Ce n’est qu’ensuite que le jeûne provoque une ”digestion interne” de nombreux éléments cellulaires dont l’organisme se trouve ultérieurement allégé. (source : effervescence)


    Les bienfaits sur le corps

    Notre alimentation actuelle, bien souvent anarchique, provoque des dérèglements dans notre organisme.

    Accorder une pause à son corps ne peut nous faire du mal bien au contraire, surtout après des excès alimentaires.

    S’accorder une journée de jeûne permettra de reposer le système digestif : toute l’énergie libérée est au service de l’élimination.

    Autres avantages :

    - le jeûne régénère les cellules et les tissus et augmente la vitalité,
    - le jeûne peut permettre d’apprendre à faire la différence entre les notions de faim et d’envie compulsive,
    - le jeûne peut aider à adopter des habitudes alimentaires saines et d’hygiène de vie.


    Les risques pour la santé

    Les jeûnes prolongés sur une durée au delà de trois semaines peuvent avoir des conséquences sur la santé notamment sur le rythme cardiaque, D’autres effets secondaires ont été remarqués : nausées, lassitude, chute de pression artérielle.
    Quelques précautions à prendre

    - Il est conseillé de bien se préparer avant d’entamer un jeûne, en réduisant son apport en viande et en sucre.

    - Évitez les périodes de stress

    - Le jeûne est déconseillé aux femmes enceintes, aux enfants mais aussi aux diabétiques et aux personnes souffrant de problèmes respiratoires ou cardiovasculaires.

    - Bien s’hydrater et donc de boire une grande quantité de liquide, thé ou eau de préférence.

    Mots clés : alimentation, Santé, Nutrition


Dans la même rubrique


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...

Tous droits réservés Terre locale 2011 - Une réalisation Come Online