La "Nuit des Étoiles" du CDSA

Pour la traditionnelle « Nuit des Etoiles » le CDSA (Centre de Documentation Spécialisé en Astronomie) et le (...)

Lire la totalité de l'article O’ceam : dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances

Ne manquez pas votre dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances : le SAMEDI 8 AOUT de 8h à 13h (...)

Lire la totalité de l'article
Domaine de Fonds St-Jacques : Journée professionnelle & Ciné Club Karayib

Dans le cadre de la 13e édition du Biguine Jazz Festival, le Domaine de Fonds Saint-Jacques - Centre (...)

Lire la totalité de l'article Première édition du « Trophée Dinette Héloïse Coppet »

A l’occasion de la fête du quartier Anse Mitan, la Ville des Trois-Ilets organise la première édition du « (...)

Lire la totalité de l'article
Les plus lus

Développement durable


  • 3-10-2013

    La vente en vrac


    Emballé, pesé… et jeté. C’est le même scénario chaque jour. Ces rebuts ont beau finir dans la poubelle quelques heures à peine après la fin des courses, ils représentent 15% à 20% du prix à la caisse, et la moitié du volume de nos déchets. Il y a pourtant une solution contre cette accumulation de déchets et le prix qui en résulte.

    La vente en Vrac, vous connaissez ?


    C’est un mode de distribution réputé écologique, qui a le vent en poupe en ces temps de crise, tant en France qu’à l’étranger, dans des domaines classiques (produits alimentaires secs, liquides ou frais) mais aussi moins attendus (produits cosmétiques, détergents, peintures, etc.) et dans tous les circuits de distribution (surfaces spécialisées, supermarchés, etc.)

    Le principe :
    Vendre à l’unité, au poids, sans emballage ! C’est économique ET écologique !



    « C’est bon pour le porte-monnaie, bon pour le volume de nos poubelles, il faut absolument l’étudier, le chiffrer pour le répandre si cela s’avère intéressant », indique Elisabeth Laville, fondatrice de l’institut Mes courses pour la planète.

    Sur le plan économique, un produit vendu en vrac serait 5 % à 40 % moins cher que son équivalent vendu préemballé et, sur le plan environnemental, ce type de distribution permet évidemment d’alléger nos poubelles mais constitue aussi peut-être une piste contre le gaspillage alimentaire, selon le rapport d’Elisabeth Laville.

    Actuellement, la quantité des déchets ménagers (et assimilés) quotidiens par habitant a quasiment triplé en vingt ans et atteint aujourd’hui plus de 430 kg en moyenne par personne et par an. Parmi ces déchets ménagers, les emballages et sacs plastiques occupent malheureusement une place de choix.

    Il serait temps que nous revoyons nos habitudes, en espérant que ce mode de distribution arrive sur nos îles.

    Mots clés : consommation, économie


Dans la même rubrique


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...

Tous droits réservés Terre locale 2011 - Une réalisation Come Online