La "Nuit des Étoiles" du CDSA

Pour la traditionnelle « Nuit des Etoiles » le CDSA (Centre de Documentation Spécialisé en Astronomie) et le (...)

Lire la totalité de l'article O’ceam : dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances

Ne manquez pas votre dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances : le SAMEDI 8 AOUT de 8h à 13h (...)

Lire la totalité de l'article
Domaine de Fonds St-Jacques : Journée professionnelle & Ciné Club Karayib

Dans le cadre de la 13e édition du Biguine Jazz Festival, le Domaine de Fonds Saint-Jacques - Centre (...)

Lire la totalité de l'article Première édition du « Trophée Dinette Héloïse Coppet »

A l’occasion de la fête du quartier Anse Mitan, la Ville des Trois-Ilets organise la première édition du « (...)

Lire la totalité de l'article
Les plus lus

Actualités


  • 26-11-2009

    Léon Bertrand en garde à vue

    Rodolphe LAMY France-Antilles Martinique 26.11.2009 Léon Bertrand s’est présenté hier matin dans les locaux de la police judiciaire de Cayenne où sa garde à vue lui a été notifiée à 9h20. (Photo P.Y.C./ France-Guyane)

    L’élu guyanais, ancien ministre, est suspecté de corruption dans le cadre de marchés publics de la communauté de communes de l’ouest guyanais qu’il préside toujours.

    L’ancien ministre du Tourisme a été placé en garde à vue hier à 9h20, à l’antenne de la police judiciaire de Cayenne. Le maire de Saint-Laurent et président de la communauté de communes de l’Ouest Guyanais est suspecté de corruption dans le cadre de marchés publics de la CCOG entre 2001 et 2004. « Il est actuellement entendu pour avoir reçu de grosses enveloppes en liquide » , assure une source judiciaire.

    Après avoir été chargée des investigations, la Division Nationale des Investigations Financières (DNIF), une sous-division de la police judiciaire, a commencé à interroger l’élu guyanais. Sa garde à vue pourrait se poursuivre jusqu’au terme des 48 heures. Cette affaire n’est pas une surprise en Guyane.

    Elle a débuté en juillet 2004 suite à la disparition inexpliquée de Myrtho Fowell, le comptable de la CCOG. Alerté par sa femme, assez inquiète, le parquet de Cayenne ouvrait une information judiciaire le 17 décembre 2004.

    Très vite, en fouillant dans les archives de la CCOG, les enquêteurs découvraient « des détournements assez colossaux » de la part de l’ancien comptable. Environ 700 000 euros. Avant de disparaître, il se serait viré des mandats sous de faux-noms.

    À ce jour, Myrtho Fowell n’a toujours pas été retrouvé, malgré un mandat d’arrêt international lancé à son encontre. Deux hypothèses alimentent l’enquête : soit il jouit paisiblement de cet argent quelque part, soit il a été « liquidé ».

    De grosses sommes d’argent

    Toujours est-il qu’à force de travailler sur cette disparition, les enquêteurs commençaient aussi à émettre de sérieux doutes sur les comptes de la CCOG. En mai 2006, vu la complexité du dossier, le parquet de Cayenne saisissait celui de Fort-de-France, compétent au titre de la juridiction interrégionale spécialisée. Les marchés publics de la communauté de communes étaient alors analysés. « On s’est rendu compte que quasiment tous étaient irréguliers et ne respectaient pas les règles » , détaille une source judiciaire. Certains marchés auraient même été signés avant la réunion de la commission d’appel d’offres.

    Entendus par les enquêteurs de la DNIF, les entrepreneurs auraient reconnu l’existence d’une pratique de favoritisme. Pire, ils auraient même évoqué des enveloppes d’argent liquide adressées en retour. « On est dans un système de pré-attribution de marchés avec un versement en contrepartie de sommes d’’argent par les entrepreneurs. D’après les chefs d’entreprise du BTP, tout était pré-attribué par Léon Bertrand » , soutient la même source judiciaire.

    L’ancien ministre du Tourisme (2002 à 2007) est ainsi suspecté d’avoir reçu de grosses sommes d’argent, pouvant aller jusqu’à 40 000 euros à chaque fois. Des liquidités qui auraient servi à financer ses campagnes électorales. Des dizaines de marchés, portant notamment sur la construction de bâtiments administratifs, de centres multi-activités ou multiservices, d’un groupe scolaire, seraient concernées dans les diverses communes de la CCOG.

    À l’issue de sa garde à vue de 48 heures, Léon Bertrand pourrait être déféré vendredi matin devant le juge d’instruction de Fort-de-France en charge de ce dossier. En tant que dépositaire de l’autorité publique, il risque jusqu’à 10 ans de prison si le chef de prévention est retenu contre lui.



Dans la même rubrique


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...

Tous droits réservés Terre locale 2011 - Une réalisation Come Online