La "Nuit des Étoiles" du CDSA

Pour la traditionnelle « Nuit des Etoiles » le CDSA (Centre de Documentation Spécialisé en Astronomie) et le (...)

Lire la totalité de l'article O’ceam : dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances

Ne manquez pas votre dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances : le SAMEDI 8 AOUT de 8h à 13h (...)

Lire la totalité de l'article
Domaine de Fonds St-Jacques : Journée professionnelle & Ciné Club Karayib

Dans le cadre de la 13e édition du Biguine Jazz Festival, le Domaine de Fonds Saint-Jacques - Centre (...)

Lire la totalité de l'article Première édition du « Trophée Dinette Héloïse Coppet »

A l’occasion de la fête du quartier Anse Mitan, la Ville des Trois-Ilets organise la première édition du « (...)

Lire la totalité de l'article
Les plus lus
  • Développement durable

    Jardins Créoles et Familiaux -séminaire de présentation le 18 décembre

  • Santé

    Pratiquer une activité physique quotidienne

  • Cuisine

    Gâteau à la farine de manioc

  • Actualités

    Un prêt de 20 millions d’euros de l’Agence française de développement

  • Cuisine

    Rôti d’agneau aux pruneaux et au rhum vieux

  • Nutrition

    Le cacao

  • Annuaire

    EKODLO DISTRIBUTION

  • Actualités

    Initiation à l’astronomie ce vendredi 30 mai 2014

  • Actualités

    Le cirque de Shangai en Martinique

  • Actualités

    Atelier Développement du Quotient Emotionnel avec Elite Coaching

  • Développement durable

    La centrale biomasse de Guyane

  • Santé

    Le noni, contre les rhumatismes

Psycho


  • 20-07-2011

    Les mariages mixtes résisteraient mieux au temps

    D’après l’Institut national d’études démographiques (I.N.E.D), malgré les idées reçues, les liens des couples mixtes seraient plus forts.

    Ceux et celles qui pensent que l’antidote du mariage c’est le divorce. Eh bien… ils sont lucides. En France, trois couples sur cinq divorceraient. D’après l’Institut national d’études démographiques (I.N.E.D), la durée moyenne d’un mariage serait de trois ans. Mais, alors que les préjugés perdurent, cet institut révèle aussi que les unions mixtes dureraient plus longtemps, en moyenne sept ans. Dans tous les cas, le moins que l’on puisse dire, c’est que le divorce est en vogue.

    Contraste entre mariages interraciaux et mariages franco-français

    Tout de même, une question peut vous tarauder. Comment expliquer ce contraste entre mariages interraciaux et mariages franco-français ? La réponse des auteurs ébranle quelques certitudes : « Si les couples mixtes ont du mal à se former, à cause notamment des préjugées ou des regards que porte la société […], une fois formés, les liens de ces couples durcissent, devenant même indestructibles », soutiennent-ils. D’autres observateurs corroborent ces propos. Par exemple, le psychanalyste Malek Chebel explique dans l’Express, un journal français : « Cette démarche qui serait volontariste, à savoir celle d’être ensemble alors que tout oppose les promis, rend les attaches plus fortes ».

    Les progénitures scellent les unions mixtes

    Pourtant, ce serait la naissance des progénitures qui scellerait définitivement ces unions : « Dans les couples de couleurs différentes, les enfants renforcent les liens. Surtout si l’un des parents affiche sa volonté d’épargner le nouveau-né des préjugés ». Il est intéressant de noter que s’il y a rupture, elle se joue presque toujours autour de l’éducation. Pour l’équilibre des enfants métisses, il est primordial que les parents concilient leurs différences. S’ils y parviennent, à l’âge adulte, ces enfants auront un regard plus juste sur la société. A fortiori, la députée de la Guyane, Christiane Taubira, qui a été interrogée sur l’identité nationale, abonde dans ce sens. Elle rappelle dans le Monde (Hors-série : « Où en est la France d’Outre-mer »), un autre journal français : « Aux Antilles-Guyane, nous vivons avec des identités multiples. Il faut l’assumer […] ». Les problèmes surgissent quand on oblige les enfants à choisir ». A l’inverse, l’I.N.E.D constate que, dans un couple franco-français, l’arrivée d’un enfant annonce le début de la fin (Il est évident que cette remarque n’est pas à généraliser. D’autant plus qu’il n’y a pas de statistiques vérifiables).

    « Ce genre de mariage suppose un déminage quotidien »

    Avec la percée du Front national en France. Avec la tentation d’une homogamie aux Antilles, c’est-à-dire-le fameux adage « Tout ce qui se ressemble s’assemble » ou reste ensemble, cette étude de l’I.N.E.D est encourageante. D’ailleurs, selon l’institut, la France reste championne d’Europe des unions mixtes, avec un taux de 27 %. Néanmoins, ces chiffres rassurants ne doivent pas masquer le quotidien de ces ménages qui est loin d’être rose. Imaginez quand la mixité s’ajoute aux différences culturelles, religieuses, sociales et même culinaires.

    Le psychanalyste Malek Chebel indique dans l’Express que : « La différence de cultures est un combat de tous les jours, même si on a l’esprit large. Le foyer mixte peut être le lieu privilégié où s’expérimente la tolérance à la différence. Mais, aussi un amplificateur des conflits interculturels et des malentendus. Ce genre de mariage suppose un déminage quotidien ». Peu importe, au lieu de choc des cultures, aux Antilles, on préférera toujours parler de métissage des cultures, de leur harmonisation.

    R.Z

    Mots clés : psycho, socio


Dans la même rubrique


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8

Tous droits réservés Terre locale 2011 - Une réalisation Come Online