La "Nuit des Étoiles" du CDSA

Pour la traditionnelle « Nuit des Etoiles » le CDSA (Centre de Documentation Spécialisé en Astronomie) et le (...)

Lire la totalité de l'article O’ceam : dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances

Ne manquez pas votre dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances : le SAMEDI 8 AOUT de 8h à 13h (...)

Lire la totalité de l'article
Domaine de Fonds St-Jacques : Journée professionnelle & Ciné Club Karayib

Dans le cadre de la 13e édition du Biguine Jazz Festival, le Domaine de Fonds Saint-Jacques - Centre (...)

Lire la totalité de l'article Première édition du « Trophée Dinette Héloïse Coppet »

A l’occasion de la fête du quartier Anse Mitan, la Ville des Trois-Ilets organise la première édition du « (...)

Lire la totalité de l'article
Les plus lus
  • Actualités

    SCOOP D’OR 2010 - c’est parti !

  • Actualités

    TI KREOL REVE DE GRANDIR

  • Culture

    Littérature au quotidien : Les chroniques littéraires d’André Lucrèce

  • Actualités

    Marché de l’ESAT à Bellefontaine

  • Actualités

    La Martinique en vigilance ROUGE

  • Actualités

    Fête de la Gastronomie de Bellefontaine

  • Actualités

    Jounen bô la riviè à Saint-Joseph avec l’AFFP

  • Actualités

    Mise en œuvre du Plan de Soutien Exceptionnel à l’Agriculture (PSEA)

  • Evenements culturels

    Martinique jazz Festival 2010

  • Nutrition

    Atelier nutrition du mois de Janvier 2012

  • Kréyol

    Titim : à vous de jouer !

  • Actualités

    Concours des plus beaux fruits et légumes consommables, sur son balcon : « Mon jardin sur mon balcon »

Actualités


  • 8-10-2009

    Les pubs qui font rire jaune-banane

    France Antilles Martinqiue - Depuis quelques jours, les écrans-télés des Français sont inondés par trois spots de pubs pour les bananes de Guadeloupe et de Martinique. Problème, certains trouvent que les spots véhiculent complaisamment une image antan lontan des Antilles françaises.

    Une caissière qui moleste un régime, un marathonien qui jette la moitié d’un fruit, un marchand qui pique sans ménagement une banane… et à chaque fois le même scénario se répète : Jean-Claude Naimro, le pianiste de Kassav, surgit et, au rythme d’un langoureux mix de reggae et de negro-spitritual, invite à plus de respect envers la production antillaise. Une production où les bâchées ont été dessinées dans les années 50, où les bananes (déjà jaunes) mûrissent lentement au fond d’un hamac et où tout le monde semble heureux.

    Véritables cartes postales, les images sont soignées, la bande son impeccable, le montage efficace… bref du travail de pro, réalisé par une agence de pub parisienne. Problème, certains trouvent que cette campagne de L’Union des Groupements de Producteurs de Banane de Guadeloupe et Martinique a de faux airs de l’univers du bon vieux "Uncle Ben’s", voire de Banania pour les plus sévères. Sur les réseaux sociaux d’internet, les spots circulent et génèrent déjà beaucoup de commentaires. En tête des reproches, cette image jugée vieillotte, des clichés sur les Antillais paressant en musique sur la plage, l’âge des véhicules utilisés… Bref, tout un tas de clichés qui collent à la peau de nos îles et dont on aimerait bien se débarrasser.

    « Afin que les films fassent la différence dans un écran de 30 secondes, nous avons opté pour les valeurs d’impact que sont le ton décalé/humoristique et la musique, tout en capitalisant sur la sympathie qu’inspire la Banane de Guadeloupe & Martinique », justifie Thomas Granger, directeur associé de DDB Paris, l’agence qui a réalisé la campagne. « En faisant rire les téléspectateurs, nous les mettons dans une posture d’écoute favorable. La musicalité, pour sa part, inspire le soleil et la joie de vivre des Antilles », précise-t-il dans le communiqué de presse qui accompagne la sortie de la campagne.

    Tout ne serait donc qu’une affaire de longueur de focale et d’humour ? Si vu d’ici, ceux qui ont avalé de travers le « qu’est que tu bois doudou dis don’ » risquent de considérer que cette campagne véhicule un état d’esprit aussi désagréable que dépassé, les communiquants voient « un ton décalé » apte à séduire le consommateur métropolitain. Ça sent la peau de banane…

    P.-H.C. et M.B. franceantilles.fr 06.10.2009



Dans la même rubrique


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...

Tous droits réservés Terre locale 2011 - Une réalisation Come Online