La "Nuit des Étoiles" du CDSA

Pour la traditionnelle « Nuit des Etoiles » le CDSA (Centre de Documentation Spécialisé en Astronomie) et le (...)

Lire la totalité de l'article O’ceam : dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances

Ne manquez pas votre dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances : le SAMEDI 8 AOUT de 8h à 13h (...)

Lire la totalité de l'article
Domaine de Fonds St-Jacques : Journée professionnelle & Ciné Club Karayib

Dans le cadre de la 13e édition du Biguine Jazz Festival, le Domaine de Fonds Saint-Jacques - Centre (...)

Lire la totalité de l'article Première édition du « Trophée Dinette Héloïse Coppet »

A l’occasion de la fête du quartier Anse Mitan, la Ville des Trois-Ilets organise la première édition du « (...)

Lire la totalité de l'article
Les plus lus

Evenements culturels


  • 25-06-2015

    Louis Laouchez : Une Fresque au Quartier Prospérité Rousseau, St-Joseph


    Le 4 juillet prochain sera inaugurée une fresque de Louis Laouchez au quartier Prospérité Rousseau de Saint-Joseph. Une initiative a salué, car elle est la preuve qu’en ces temps désertiques pour l’art plastique, la générosité et l’intérêt d’une ville pour l’art se révèlent être un acte fort aux nombreuses retombées.

    La fresque et l’artiste

    Quand Louis Laouchez est interrogé sur la genèse de ce don, il dit nous confie qu’entre autres raisons, cette mosaïque lui a été inspirée par l’intérêt qu’il porte au Quartier Prospérité Rousseau qu’il a découvert depuis environ trente années. “Les lieux sont animés par des femmes et des hommes de conditions très diverses mais quelque peu frustrés selon moi par la trop grande verdure des lieux. Il leur fallait de la couleur, de la gaieté dans le regard, de l’animation. Je crois avoir répondu à cette muette attente si j’en juge par les multiples formes de satisfaction qui m’ont été adressées par tous. C’est mon cadeau, c’est ma contribution et mes remerciements en retour de leur sympathie et de mon adoption parmi eux”.

    Louis Laouchez est né en 1934, à Fort-de-France. Il grandit à Sainte-Thérèse et marque très tôt une prédilection pour le dessin, la nature et une attirance pour les activités manuelles.

    - 1946 : il quitte la communale pour le cours complémentaire des Terres Saintville, où M. Peu, professeur de dessin, le forme à une expression authentique.
    - 1950 : Réussite au concours d’entrée à l’Ecole des arts appliqués et s’inscrit en poterie céramique. Ses études le mènent à un talent très sûr de tourneur et à une maîtrise des techniques.
    - 1952 : Exposition au 3e salon des artistes martiniquais.
    - 1954 : Entrée à l’Ecole des arts décoratifs de Nice.
    - 1958 : Louis Laouchez obtient un diplôme national en dessin, décoration et céramique et décide de partir en Côte d’Ivoire pour exercer comme professeur de dessin et d’arts plastiques. Il enseignera à l’Ecole normale d’instituteurs de Dabou, puis, après son service militaire, il reprend ses activités au lycée classique et moderne de Bouaké.

    C’est en Afrique Laouchez affine sa pratique artistique. L’oeuvre se densifie, prend un style immédiatement reconnaissable, une beauté propre et, d’exposition en exposition (Abidjan en 1964, Bouaké en 1965 et 66), affirme sa singularité. Sa présence au festival mondial des arts nègres de Dakar en 1966 couronne une réputation naissante et déjà flatteuse.
    - 1967 : Il quitte l’enseignement pour mettre ses connaissances d’artisan au service de la Haute Volta. La tâche lui est confiée de créer et de diriger à Ouagadougou le centre national d’artisanat d’art de Haute-Volta.
    - 1970 : Après une parenthèse de quelques mois employée à l’obtention d’un diplôme national des beaux-arts à Marseille, il rejoint le ministère ivoirien du tourisme et de l’artisanat comme conseiller pour la création d’un office national de l’artisanat d’art. Serge Hélénon, son condisciple à l’EAA et à l’EAD le retrouve en Côte d’Ivoire. Ils créent l’Ecole Négro-Caraïbe dont le manifeste balise le terrain de leur recherche.
    - 1975 : De retour en Martinique, il participe à la mise en place d’une structure dédiée aux métiers d’art.
    - 1980 : Le ministre ivoirien du tourisme le rappelle à ses côtés comme conseiller technique et directeur de l’artisanat.
    - 1984 : Revenu définitivement en Martinique, il poursuit son cheminement artistique et s’investit dans des fonctions de responsable du bureau de l’artisanat au conseil régional.

    Durant les grandes vacances trouvons le temps pour visiter cette oeuvre au quartier Prospérité Rousseau de Saint-Joseph.

    Merci Louis Laouchez de marquer la Martinique de votre empreinte.

    Mots clés : art


Dans la même rubrique


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...

Tous droits réservés Terre locale 2011 - Une réalisation Come Online