La "Nuit des Étoiles" du CDSA

Pour la traditionnelle « Nuit des Etoiles » le CDSA (Centre de Documentation Spécialisé en Astronomie) et le (...)

Lire la totalité de l'article O’ceam : dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances

Ne manquez pas votre dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances : le SAMEDI 8 AOUT de 8h à 13h (...)

Lire la totalité de l'article
Domaine de Fonds St-Jacques : Journée professionnelle & Ciné Club Karayib

Dans le cadre de la 13e édition du Biguine Jazz Festival, le Domaine de Fonds Saint-Jacques - Centre (...)

Lire la totalité de l'article Première édition du « Trophée Dinette Héloïse Coppet »

A l’occasion de la fête du quartier Anse Mitan, la Ville des Trois-Ilets organise la première édition du « (...)

Lire la totalité de l'article
Les plus lus
  • Santé

    Pratiquer une activité physique quotidienne

  • Cuisine

    Gâteau à la farine de manioc

  • Actualités

    Un prêt de 20 millions d’euros de l’Agence française de développement

  • Cuisine

    Rôti d’agneau aux pruneaux et au rhum vieux

  • Nutrition

    Le cacao

  • Actualités

    Initiation à l’astronomie ce vendredi 30 mai 2014

  • Actualités

    Le cirque de Shangai en Martinique

  • Actualités

    Atelier Développement du Quotient Emotionnel avec Elite Coaching

  • Santé

    Le noni, contre les rhumatismes

  • Créateurs de richesses

    Vee, de l’humour plein les doigts !

  • Actualités

    Plages et Rivières propres 2009

  • Actualités

    C’est reparti pour un tour

Actualités


  • 25-06-2015

    Manifeste contre l’indifférence : "Ès yo pa moun ?"


    En septembre 2013, la décision de la cour constitutionnelle de la République Dominicaine de déchoir de leur nationalité plusieurs centaines de milliers de citoyens (près de 500 000 selon certaines estimations) nés en République Dominicaine de parents étrangers, pour la plupart haïtiens, en remontant jusqu’à 1930, et de les déporter vers leur pays d’origine, a suscité de fortes protestations internationales. Les diverses séances de négociations entre les deux pays, sous des apparences cordiales, portant sur leurs nombreux sujets de contentieux, notamment économiques, n’ont pas empêché la mise en œuvre de cette décision à partir du 17 juin 2015.

    C’est une nouvelle catastrophe humanitaire massive qui commence dans une relative indifférence. C’est un drame effroyable qui s’annonce, en Haïti, pour ces centaines de milliers de personnes qui ne sont pas haïtiennes mais apatrides et qui souvent ne parlent ni créole, ni français.

    Curieusement, les protestations semblent aujourd’hui moins fortes, ou moins audibles, qu’il y a deux ans. Le sujet est abordé anecdotiquement par les médias, comme le nième épisode anodin d’une longue série noire à laquelle on s’est lâchement habitué. On ne semble pas mesurer le drame humain que cela constituera pour chacune des ces personnes qui seront expulsées manu militari, du jour au lendemain, dans un pays qui n’est pas le leur, et dans lequel elles risquent fort d’être condamnées à la misère la plus sombre.

    Le nombre de victimes risque d’être comparable à celui du tremblement de terre, mais l’émoi suscité est loin d’être comparable. Le tremblement de terre était une catastrophe naturelle ponctuelle, imprévisible et irrésistible. La catastrophe d’aujourd’hui est d’origine humaine, elle a été prévue et même planifiée. Elle aurait donc pu et du être évitée ! Elle s’étalera dans le temps, mais ses conséquences sur les individus concernés seront tout aussi dramatiques que pour les victimes survivantes du séisme.

    Comment ne pas s’étonner que si peu de gens semblent se sentir concernés par le sort de ces centaines de milliers de personnes, qui ne sont juridiquement ni haïtiennes ni dominicaines, victimes de la folie des hommes et du racisme le plus cynique ? Es yo pa moun ?

    Il n’y a pas de solution facile dans un dossier aussi complexe, dont les origines remontent à la création de ces deux pays, frères ennemis, sur la même île. Par ailleurs, il est peut-être utile de rappeler que depuis plusieurs décennies la prospérité économique de la République Dominicaine se construit grâce à l’exploitation dans des conditions proches de l’esclavage, là encore dans une relative indifférence, de cette main-d’œuvre immigrée dont on expulse aujourd’hui les descendants. Cependant, le manque de réponses gouvernementales à la hauteur de l’ampleur de la crise est alarmant et les citoyens que nous sommes se sentent à la fois désabusés et désemparés.

    Notre message est d’abord un cri d’indignation face à l’inacceptable ! Notre démarche vise ensuite à sensibiliser, à interpeler les citoyens, les politiques (si mobilisés et loquaces en cette période), l’opinion publique (c’est-à-dire chacun d’entre nous) et bien sûr les médias, sur ce sujet qui n’est pas anodin. Il est urgent d’en parler et de continuer à en parler, car le silence est le meilleur allié des crimes les plus graves. Notre appel est un manifeste contre l’indifférence individuelle et collective, car c’est l’indifférence individuelle qui permet l’indifférence collective !

    Nous souhaitons conclure par une mise en garde. Que nous soyons haïtien, martiniquais, français, américain, canadien, ou autre, nous avons tort de ne pas nous sentir concernés par le drame de ces dominicains noirs, pauvres, d’origine haïtienne, victimes d’un racisme extraordinaire dans leur pays, qui s’exprime au grand jour, à une échelle jamais connue et de surcroît sous un masque juridique officiel. Car l’acceptation du racisme extraordinaire ailleurs participe à la banalisation du racisme ordinaire chez nous. Ce racisme qui fait déjà des ravages dans nos pays et qui continue à se développer dangereusement en ces temps de crise, avec la montée des idées et des partis politiques prônant l’exclusion de l’autre, jugé responsable de tous nos maux.

    Chez nous comme ailleurs, ne soyons pas complices de l’inacceptable par notre silence et notre indifférence.

    Monique MANIGAT et Alain LOUIS-GUSTAVE.



Dans la même rubrique


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...

Tous droits réservés Terre locale 2011 - Une réalisation Come Online