La "Nuit des Étoiles" du CDSA

Pour la traditionnelle « Nuit des Etoiles » le CDSA (Centre de Documentation Spécialisé en Astronomie) et le (...)

Lire la totalité de l'article O’ceam : dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances

Ne manquez pas votre dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances : le SAMEDI 8 AOUT de 8h à 13h (...)

Lire la totalité de l'article
Domaine de Fonds St-Jacques : Journée professionnelle & Ciné Club Karayib

Dans le cadre de la 13e édition du Biguine Jazz Festival, le Domaine de Fonds Saint-Jacques - Centre (...)

Lire la totalité de l'article Première édition du « Trophée Dinette Héloïse Coppet »

A l’occasion de la fête du quartier Anse Mitan, la Ville des Trois-Ilets organise la première édition du « (...)

Lire la totalité de l'article
Les plus lus

Créateurs de richesses


  • 20-07-2011

    Régine Zéphir, « Martiniquaise d’origine mondiale »

    Une fois n’est pas coutume, Terrelocale laisse la place à une créatrice, passionnée d’écriture, amoureuse des mots contrainte de quitter l’île pour vivre sa passion pour la langue française. Nous vous laissons lire ces quelques lignes rédigées de la plume de Régine ZEPHIR "martiniquaise d’origine mondiale"

    « Là où il y a une volonté, il y a un chemin ». Lénine

    Régine Zéphir, « Martiniquaise d’origine mondiale »

    Pour mieux vivre de ma plume, en 2012, je poserai mes valises à Montréal. Afin de financer une partie de ce voyage, je vous propose mes services. Ainsi, que vous soyez un citoyen lambda, un organe de presse et une TPE/PME locales, vous pouvez me confier vos tâches rédactionnelles. Mais avant, prenez connaissance de mon parcours et de mes projets.

    Un jour, un portail comme terrelocale.net s’ouvre et laisse entrer l’avenir. Du moins, le site met en éclairage des gens comme moi, qui « créent dans l’ombre et le silence et qui peinent à grandir ».

    Alors, je saisi cette opportunité pour me faire connaître et conquérir éventuellement des annonceurs locaux. En tant que rédactrice, c’est avec plaisir que je rédigerai vos articles, communiqués, dossiers de presse, curriculum vitae, notamment.

    Mais, plutôt que de passer une annonce d’emploi classique, je préfère vous parler d’une nouvelle page de ma vie professionnelle qui s’écrit. Ou du choix Shakespearien voire Cornélien qui s’est imposé à moi : « Partir et vivre ou rester et mourir ».

    J’ai choisi la première option pour vivre…de ma plume. Embarquée sur les mots, je quitterai donc la Martinique, ma terre natale, pour de nouveaux cieux. J’irai voir le monde, avec pour bagage, une expérience de pigiste dans différents journaux et organes de communication (au passage, je remercie les responsables du journal Justice).

    C’est le Canada- un pays qui « est poreux à tous les souffles du monde » et à toutes les formes de création- qui m’accueillera de nouveau. En effet, j’ai étudié au Québec, à l’Université Laval, précisément. J’ai obtenu une licence en communication publique (digression : dans « cette cité de l’Univers », mon éthique, ma fibre humaine et artistique ont été renforcées. A cette époque, mes amis et moi, nous refaisions le monde. Nous étions encore persuadés que les vraies valeurs avaient du poids devant la profitasyon (cupidité en français). Sans tomber dans une généralisation et un pessimisme excessifs, force est de constater que le monde du travail martiniquais est loin, mais loin des valeurs déontologiques qui m’ont été enseignées).

    Alors, à l’époque, sur ma liste des choses à accomplir, j’ai rayé ce rêve américain qui avait été…réalisé.

    « Repartir à la conquête de l’Ouest »

    Mais bientôt, je repartirai donc à la conquête de l’Ouest. Cette fois, le défi que je me lance est d’attirer un lectorat voire des annonceurs nord-américains. Comment ? D’une part, en peaufinant encore et toujours mes textes. D’autre part, en « faisant des ponts » (comme le poète Aimé Césaire l’a suggéré) entre les Martiniquais et les êtres d’ailleurs, en l’occurrence les Canadiens. A l’heure d’Internet, ces derniers sont nombreux à visiter terrelocale.net. Et pour cause, le site présente « un autre regard sur la Martinique ». C’est en cela que la visibilité qui est proposée par le portail est pertinente.

    Un autre site, suite101.fr, m’offre aussi l’opportunité de sortir de l’ombre. Ce magazine canadien en ligne repose sur une large communauté de rédacteurs qui viennent de différents horizons.

    22 000 papiers sont publiés. Plus d’un million de lecteurs visitent chaque mois la publication. Ainsi, à travers mes articles, les internautes d’ici et d’ailleurs découvrent le patrimoine naturel et culturel de Madinina. Mes écrits sont ma contribution pour notre île dite… des revenants. Il est certain que j’y reviendrai, riche de d’autres expériences pour mieux servir ma terre locale.

    Et qui sait, avec ces fenêtres Internet ouvertes sur le monde et le bouche à oreille, un responsable de magazine ou un annonceur aura peut-être l’audace de me contacter.

    regine.ze@wanadoo.fr Présente sur facebook 0696 89 98 16.

    Mots clés : martinique, langue


Dans la même rubrique


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...

Tous droits réservés Terre locale 2011 - Une réalisation Come Online