La "Nuit des Étoiles" du CDSA

Pour la traditionnelle « Nuit des Etoiles » le CDSA (Centre de Documentation Spécialisé en Astronomie) et le (...)

Lire la totalité de l'article O’ceam : dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances

Ne manquez pas votre dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances : le SAMEDI 8 AOUT de 8h à 13h (...)

Lire la totalité de l'article
Domaine de Fonds St-Jacques : Journée professionnelle & Ciné Club Karayib

Dans le cadre de la 13e édition du Biguine Jazz Festival, le Domaine de Fonds Saint-Jacques - Centre (...)

Lire la totalité de l'article Première édition du « Trophée Dinette Héloïse Coppet »

A l’occasion de la fête du quartier Anse Mitan, la Ville des Trois-Ilets organise la première édition du « (...)

Lire la totalité de l'article
Les plus lus
  • Santé

    Êtes-vous Locavore ?

  • Culture

    La groseille pays

  • Evenements culturels

    Soirée littéraire autour de « Liwa Lajan » et « La mésaventure d’Adiraban le marchand » de Daniel BOUKMAN

  • Kréyol

    Ti- Prens lan- Le Petit Prince en langue créole

  • Actualités

    Woulo bravo ba Méïna PETRIS !

  • Actualités

    Rando Tour 2012 - à la découverte des sentiers de l’île

  • Cuisine

    Punch au coco de Prisca

  • Actualités

    Soirée Comète : lecture du ciel&randonnée nocture

  • Santé

    Caraïbes Nutrition : La Marque Oemine, votre santé au naturel

  • Créateurs de richesses

    Poseur de pierres, plus qu’un métier, UN TALENT.

  • Actualités

    Festival de Fort-de-France 2010 : Lizt Alfonso Dance Cuba

  • Evenements culturels

    "Le théâtre sans animaux", mise en scène de Julie MAUDUECH

Cuisine


  • 8-10-2009

    Rencontre culinaire avec… Jean-Claude Naimro, Kassav’

    Une fois n’est pas coutume, cette semaine je ne vous propose pas une recette mais plutôt une rencontre fort agréable avec un passionné de cuisine bien de chez nous : Jean-Claude NAIMRO.

    A l’occasion des 30 ans de Kassav’, j’ai profité de ses quelques jours de présence ici pour l’interroger sur son autre talent que peu connaissent. Car oui mesdames… non content d’être un musicien de talent, M. NAIMRO est aussi un vrai cordon bleu ! Avec la générosité et le franc-parler qui le caractérisent, il nous confie sa passion culinaire en toute simplicité.

    Extrait d’un entretien riche et authentique avec Jean-Claude NAIMRO autour d’un ti-nain-lanmori préparé par mes soins et, d’un vin à l’ananas découvert sur Terrelocale.net.

    Prisca : Je te remercie d’avoir accepté mon invitation. Et spontanément la question qui me vient est : pourquoi un ti-nains-morue, pour notre rencontre d’aujourd’hui ?

    Jean-Claude NAIMRO : D’abord parce que j’aime ça et ensuite parce que je n’avais pas envie de te faire cuisiner quelque chose de trop compliqué. D’ailleurs les plats très compliqués ne sont pas toujours les meilleurs. Il n’y a rien de plus simple et de meilleur qu’un ti-nain-morue. Pour une première rencontre c’était parfait !

    Et je t’en remercie parce qu’effectivement ça m’a enlevé pas mal de pression. Bien que j’ai reçu mille conseils, pour réussir le ti-nain-morue parfait. Comme quoi, même autour du ti-nain-morue il peut y avoir polémique !

    Oui c’est vrai !

    Comment te décrirais-tu ? : passionné de cuisine, gourmand, gourmet ou tout à la fois ?

    Je crois que je suis tout cela à la fois. J’aime autant manger que cuisiner. J’aime surtout faire plaisir aux autres. Selon moi, la cuisine est le meilleur moyen de réunir ceux que l’on aime, de toujours leur faire plaisir, de partager et de donner le meilleur de soi-même. Je ne vois pas ce qui à part la cuisine permet tout cela ?

    D’où te vient ce goût pour la cuisine ?

    Enfant, j’ai gardé le souvenir de mon père qui cuisinait le week-end. Nous avions une servante en semaine qui nous préparait des plats locaux mais le samedi et le dimanche c’était mon père qui sortait son tablier et nous préparait à manger. C’était de la cuisine française, des choses qui changeaient du quotidien… pour nous c’était extraordinaire ! Je garde cette image et cela m’a sans doute influencé.

    Tu as quitté la Martinique à 18 ans pour étudier la musique. Tu cuisinais déjà ?

    Je suis arrivé à Paris sans même savoir faire cuire un œuf sur le plat ! Je ne me suis jamais intéressé à la cuisine mais il fallait bien que je m’y mette si je ne voulais pas mourir de faim. Au fur et à mesure, je me suis aperçu que j’aimais ça. Depuis, c’est moi qui suis aux fourneaux !

    L’envie est donc venue tardivement, alors que tu étais loin de chez toi comme un besoin de reprendre contact avec ton identité ?

    Oui et surtout l’envie de retrouver le vrai goût des choses. Il y a bien sûr des restaurants antillais à Paris mais ils ne sont pas toujours très bons ou proposent des choses qui n’ont rien d’antillais. Et les produits ne sont pas toujours frais. Le dachine récolté au Morne-Rouge a fait des kilomètres avant d’arriver dans ton assiette. A force, tu as envie de te rapprocher de la qualité. Tu cherches le goût de ton enfance, tu demandes, tu essaies, tu rates, tu t’améliores…

    … et la passion vient ?

    La passion vient à force de curiosité. D’ailleurs j’ai un carnet dans lequel je note toutes les recettes qui m’ont « tuées ». Celles que je ne veux pas oublier.

    Tu as un petit carnet pour noter tes recettes qu’est ce que je ne donnerais pas pour voir ça !

    Ouais j’y note mes recettes et mes découvertes. Parfois j’ai envie d’essayer des mélanges. Ça ne marche pas toujours mais quand le résultat est vraiment bon... mwen ka makéy. J’y mets aussi des recettes qui viennent de partout : le Chop Suey d’une famille chinoise, ou le rougail tomates que j’ai découvert à la Réunion, par exemple. Et puis j’innove : j’ai découvert le Combava à la Réunion, c’est un citron qui a un parfum vraiment unique et qu’ils utilisent exclusivement dans le rougail tomates. Moi je l’ajoute à mon gâteau au chocolat.

    Le truc est au top !

    Je me suis laissée dire que vous étiez deux passionnés de cuisine dans le groupe Kassav’ ?

    Oui c’est vrai, il y a Georges (NDLR : Décimus) et moi. On se fait de petites compétitions de temps en temps, gentiment, on se taquine en fait. On se fait parfois de grands repas chez Pipo (NDLR : Jean-Philippe Marthély) à une quinzaine de personnes ! D’ailleurs j’ai fait aimé le canard à Georges avec une de mes recettes … lire la suite

    Retrouvez l’intégralité de l’interview de Jean-Claude NAIMRO et ma recette du ti-nains-morue sur Ma cuisine créole.

    Bonne semaine à tous et n’oubliez pas… faites-vous plaisir, cuisinez ! Prisca de Ma cuisine créole



Dans la même rubrique


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...

Tous droits réservés Terre locale 2011 - Une réalisation Come Online