La "Nuit des Étoiles" du CDSA

Pour la traditionnelle « Nuit des Etoiles » le CDSA (Centre de Documentation Spécialisé en Astronomie) et le (...)

Lire la totalité de l'article O’ceam : dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances

Ne manquez pas votre dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances : le SAMEDI 8 AOUT de 8h à 13h (...)

Lire la totalité de l'article
Domaine de Fonds St-Jacques : Journée professionnelle & Ciné Club Karayib

Dans le cadre de la 13e édition du Biguine Jazz Festival, le Domaine de Fonds Saint-Jacques - Centre (...)

Lire la totalité de l'article Première édition du « Trophée Dinette Héloïse Coppet »

A l’occasion de la fête du quartier Anse Mitan, la Ville des Trois-Ilets organise la première édition du « (...)

Lire la totalité de l'article
Les plus lus
  • Actualités

    Emeline MICHEL en concert au CMAC

  • Annuaire

    LES HOMMES DE PIERRE

  • Kréyol

    Titim du mercredi : à vous de jouer !

  • Actualités

    Séminaire enseigner les langues vivantes étrangères et régionales

  • Découvrir

    Enveloppe moi : l’art et la nature s’invitent dans vos correspondances

  • Actualités

    RENCONTRE LISE-LETCHIMY. Entre courtoisie et fermeté

  • Kréyol

    Titim du mercredi : à vous de jouer !

  • Ecologie

    Opération Pays Propre

  • Actualités

    Spectacle de danse : Blues Ecarlate un propos chorégraphique sur la femme caribéenne

  • Actualités économiques

    82% des salariés ont une bonne opinion de leur entreprise

  • Annuaire

    AIMABLES SERVICES

  • Actualités

    Talents des cités : Rose-Hélène Morville lauréate catégorie émergence

Culture


  • 15-11-2012

    « Rumeurs d’île, 49 haîkus » de Jacques-Olivier Ensfelder


    Jacques-Olivier Ensfelder est Martiniquais ; « Rumeurs d’île, 49 haîkus » est son troisième receuil de poèmes.

    Le haïku fait le plus souvent référence à la nature et cherche à exprimer les sensations évanescentes qui nous traversent : l’étonnement face à la nature, le trouble devant la beauté, la sensation que le temps s’échappe, la mélancolie etc.

    Le haïku ne se contente pas de décrire les choses, il nécessite le détachement de l’auteur. Il traduit le plus souvent une sensation. Il est comme une sorte d’instantané. Il n’exclut cependant pas l’humour, les figures de style, mais tout cela doit être utilisé avec parcimonie. Il doit pouvoir se lire en une seule respiration et de préférence à voix haute. Il incite à la réflexion. Il est préférable de le lire deux fois afin d’en saisir complètement le sens et la subtilité. C’est au lecteur qu’il revient de se créer sa propre image. Ainsi, le haïku ne doit pas décrire mais évoquer.

    Ainsi, JO Ensfelder, nous renvoie à travers ses Haîkus, comme en écho l’esprit du poète : simplicité, légèreté, détachement, une expérience à la nature, ses Rumeurs d’île.

    Parant son langage d’images imprévues, mais jamais gratuites, Jacques-Olivier Ensfelder nous convie à la lecture de ses Haikus, comme à un exercice spirituel.

    Renseignement et distibution, contactez l’auteur au 0696 440 185

    Mots clés : Evènements culturels


Dans la même rubrique


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...

Tous droits réservés Terre locale 2011 - Une réalisation Come Online