La "Nuit des Étoiles" du CDSA

Pour la traditionnelle « Nuit des Etoiles » le CDSA (Centre de Documentation Spécialisé en Astronomie) et le (...)

Lire la totalité de l'article O’ceam : dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances

Ne manquez pas votre dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances : le SAMEDI 8 AOUT de 8h à 13h (...)

Lire la totalité de l'article
Domaine de Fonds St-Jacques : Journée professionnelle & Ciné Club Karayib

Dans le cadre de la 13e édition du Biguine Jazz Festival, le Domaine de Fonds Saint-Jacques - Centre (...)

Lire la totalité de l'article Première édition du « Trophée Dinette Héloïse Coppet »

A l’occasion de la fête du quartier Anse Mitan, la Ville des Trois-Ilets organise la première édition du « (...)

Lire la totalité de l'article
Les plus lus
  • Psycho

    Les "bonnes" résolutions, pourquoi est-ce si difficile à tenir ?

  • Culture

    "Appel à un sursaut citoyen", dernier opus de Thierry ICHELMANN

  • Nutrition

    Conférences diététiques les 3 et 4 octobre

  • Découvrir

    « Villa Turquoise : Et si nous partions passer la semaine aux Saintes »

  • Psycho

    La Programmation Neuro Linguistique, qu’est-ce que c’est ?

  • Psycho

    Se préparer à la retraite, et si on en parlait !

  • Psycho

    Journées d’études SESSAD ALOES : Les enfants porteurs de troubles des apprentissages aux Antilles

  • Nord

    Projections de films et expositions au Centre de Découverte des Sciences de la Terre.

  • Psycho

    Trouver l’âme sœur sur internet

  • Nord

    La Martinique vue autrement : Les Canyons

  • Evenements culturels

    "BARBARA Es ou ka sonjé ?" de Hugues Barthéléry

  • Découvrir

    Les Mémoires d’un Vonvon

Actualités


  • 24-02-2010

    Serge Letchimy s’explique sur l’endettement de Fort-de-France

    A un mois des élections régionales en Martinique, Serge Letchimy, le maire de Fort-de-France, dont la gestion a été mise en cause récemment par son principal concurrent, Alfred Marie-Jeanne, le président du Conseil régional sortant, s’explique sur l’endettement de la ville capitale :

    La ville pratique l’emprunt.

    C’est une ressource financière qui vient compléter ses recettes, et lui permettre d’assurer ainsi un volume d’investissement important. L’emprunt permet chaque année à la ville de financer soit des :
    - acquisitions
    - modernisations
    - réhabilitations
    - reconstructions
    - réparations.

    Ces acquisitions et travaux concernent :
    - les immeubles communaux (bâtiment administratif)
    - les écoles
    - les crèches
    - les équipements publics (routes communales, équipements sportifs, hydrants etc…). En dépit, des mobilisations faites chaque année, l’endettement de la ville n’a cessé de diminuer depuis 2001 : l’amortissement annuel de la dette est en effet passé de 20 M€ en 2001 à 9.6 M€ en 2008 soit une diminution de 52% en 7 ans.

    Cet amortissement représente 4,8% du montant budgétaire, c’est assez dire que l’endettement de la ville est très moyen puisque certaines collectivités considérées comme endettées ont des amortissements qui représentent jusqu’à 30% de leur budget.

    Le taux moyen de remboursement est aujourd’hui de 3.73%. Il faut dire que la plupart des prêts ont des taux bonifiés. La durée moyenne de remboursement est de 15 ans : bien sur certains emprunts faits pour des acquisitions de terrains ou d’immeubles ont des durées qui avoisinent 20 ans consécutivement à l’enrichissement durable du patrimoine qu’ils permettent, mais la plupart des emprunts faits pour financer les travaux sont faits sur 12 ans. La ville se désendette donc rapidement.

    En contre partie de ces emprunts la ville s’enrichit par des acquisitions et elle suscite un volant important de travaux qui bénéficie à ses administrés et à l’emploi en général. La ville se sert de l’emprunt comme d’un levier pour son développement.

    Elle est normalement endettée mais elle n’est pas sur endettée.

    La preuve c’est que les banquiers qui ne prêtent pas aux collectivités surendettées lui octroient chaque année selon sa demande. La confiance des banques témoigne de la capacité de la ville à rembourser.

    Toutes ces allégations ne sont que mensonges

    Dans les propos tenus contre la ville de Fort de France on trouve d’après les chiffres un montant de dette de 3 079 € par habitant de la ville. Non seulement ce chiffre est faux, mais il occulte que la dette se calcule par habitant et par an ; à ce jour 22-02-2010 la dette de la ville est de 138 € / habitant et par an pour une durée résiduelle de 15 ans.

    Modalités de calcul :

    Encours total : 207 M€ /15 ans/ 100 000 habitants = 138 €.

    Pour Mémoire : l’encours du Conseil Général est au 1er Janvier 2010 est de 369 M€

    Pour encore mieux comprendre les raison de l’endette ment je vous renvoie à la lettre de sollicitation du 27 Mai 2009 adréssée au Président du Conseil Régional Opérations pour lesquelles il n’y a pas de réponse.

    Opérations Coût total Montant demandé à la Région Parc Floral (Phase 2) 4 162 000 € 600 000 € Eclairage Public 7 824 000 € 980 000 € Désenclavement Ermitage 4 411 000 € 400 000 € Désenclavement Dillon 3 730 000 € 180 000 € Réseaux Morne Abellard 3 500 000 € 800 000 €

    La ville est obligée de recourir à des prêts relais pour financer des subventions qui tardent à arriver. Le décalage est d’un an et demi et quelque fois même de 2 ans. Il s’agit des subventions européennes, de celles de l’ANRU du Département et de la Région. Ainsi sur le PDRU, on note fin 2009 un manque de financement des partenaires de plus de 17 M€ qu’il a fallu emprunter.

    Serge Letchimy



Dans la même rubrique


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...

Tous droits réservés Terre locale 2011 - Une réalisation Come Online