La "Nuit des Étoiles" du CDSA

Pour la traditionnelle « Nuit des Etoiles » le CDSA (Centre de Documentation Spécialisé en Astronomie) et le (...)

Lire la totalité de l'article O’ceam : dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances

Ne manquez pas votre dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances : le SAMEDI 8 AOUT de 8h à 13h (...)

Lire la totalité de l'article
Domaine de Fonds St-Jacques : Journée professionnelle & Ciné Club Karayib

Dans le cadre de la 13e édition du Biguine Jazz Festival, le Domaine de Fonds Saint-Jacques - Centre (...)

Lire la totalité de l'article Première édition du « Trophée Dinette Héloïse Coppet »

A l’occasion de la fête du quartier Anse Mitan, la Ville des Trois-Ilets organise la première édition du « (...)

Lire la totalité de l'article
Les plus lus

Développement durable


  • 26-01-2011

    Une centrale nucléaire sous marine d’ici 2017

    Aussi hallucinant que cela puisse paraître, les centrales nucléaires ont encore de beaux jours devant elle... En effet, à l’heure où nous parlons de développement durable et de la nécessité de promouvoir les énergies renouvelables, Areva, associé à DCNS, le leader européen du naval de défense, envisagent le développement et la fabrication de centrales nucléaires sous-marines à même d’alimenter en énergie de petites villes, son nom : Flex Blue.

    « Après trente mois d’études, nous lançons l’étape de validation du concept, baptisé FLEX BLUE, avec nos partenaires : Areva, EDF ainsi que le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) », annonce Patrick Boissier, président de DCNS.

    Délire ou réalité ?, ce dont nous sommes sûr c’est que le projet est sérieusement mis à l’étude. Un prototype est même envisagée d’ici 2013 avec une mise en service d’ici 2017. La centrale sous-marine se présenterait sous la forme d’un cylindre de 12 à 15 mètres de diamètre doté d’une chaudière nucléaire de 50 à 250 mégawatts (MW) de puissance ainsi que d’une centrale électrique.

    Quel sera l’impact environnemental ?

    Selon André Kolmayer, un des dirigeants de DCNS "Même un tsunami n’aurait pas de conséquence à cette profondeur, entre 60 et 100 mètres. Le site est ainsi naturellement protégé, on n’est pas obligé de construire une coque de béton autour"

    Vous souvenez-vous ?, il n’y à pas si longtemps, la marée noire du Golf du Mexique ? nous avons vu de nos propres yeux les difficultés de British Petroleum (BP) à colmater la fuite de son puits de pétrole ?

    Selon les dirigeants, des études sont en cours pour mesurer l’impact de cette nouvelle technologie notamment le dégagement de chaleur dans le milieu marin ou encore les radiations.

    Espérons que les autorités feront tout pour éviter de commettre une erreur qui serait irréparable. Nous pouvons toutefois noter qu’en 2011, les énergies renouvelables ont encore du mal à trouver grâce à nos yeux.

    Voir la vidéo de ce projet. Jusqu’où irons-nous ?



Dans la même rubrique


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...

Tous droits réservés Terre locale 2011 - Une réalisation Come Online