La "Nuit des Étoiles" du CDSA

Pour la traditionnelle « Nuit des Etoiles » le CDSA (Centre de Documentation Spécialisé en Astronomie) et le (...)

Lire la totalité de l'article O’ceam : dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances

Ne manquez pas votre dernier atelier d’éducation alimentaire des vacances : le SAMEDI 8 AOUT de 8h à 13h (...)

Lire la totalité de l'article
Domaine de Fonds St-Jacques : Journée professionnelle & Ciné Club Karayib

Dans le cadre de la 13e édition du Biguine Jazz Festival, le Domaine de Fonds Saint-Jacques - Centre (...)

Lire la totalité de l'article Première édition du « Trophée Dinette Héloïse Coppet »

A l’occasion de la fête du quartier Anse Mitan, la Ville des Trois-Ilets organise la première édition du « (...)

Lire la totalité de l'article
Les plus lus

Santé


  • 26-06-2014

    Voici l’histoire du Chikungunya


    C’est une maladie virale qui n’existait pas en Martinique jusqu’en décembre 2013, date à laquelle elle a été introduite par un voyageur contaminé parce qu’il hébergeait le virus chikungunya dans son sang. Un de nos moustiques martiniquais femelle, l’Aèdes Aegypti en piquant ce voyageur pour faire son repas de sang, a donc absorbé le virus qui l’a rendu malade. Juste avant de piquer un autre martiniquais, ce moustique femelle malade lui a injecté dans le sang, le virus contenu dans sa salive. Ce moustique est donc le VECTEUR du chikungunya parce c’est lui qui héberge le virus avant de l’injecter à une personne. La femelle moustique malade demeure infectante tout le reste de sa vie qui dure environ un mois, pendant lequel, elle pique et pond ses œufs tous les 4 jours et a donc le temps de contaminer 7 à 8 personnes.

    Il existe un délai de 4 à 5 jours en moyenne, appelé INCUBATION, entre la piqûre du moustique et l’apparition du chikungunya car les signes et en particulier les douleurs articulaires invalidantes, ne sont constatés qu’après multiplication du virus dans le sang (jusqu’à 10 puissance 12 copies de virus par millilitre de sang). Ainsi on peut avoir oublié où le moustique nous a piqué, on peut être malade sans que le reste de la famille ne le soit et on peut être le seul à être épargné par la maladie. Le malade atteint développe des anticorps qui l’immunisent contre le chikungunya. Autrement dit on ne l’attrape qu’une seule fois.

    IL n’y a rien dans l’air ni aucune malédiction expliquant cette maladie et les autorités ne cachent rien à la population.

    Le moustique femelle malade, pond des œufs malades, dans une quantité d’eau pouvant être minime et toujours douce (par exemple boîtes de conserves, pneus usagés, feuilles, creux d’arbres, déchets etc.). Les œufs malades parmi les 300 que peut pondre le moustique, donnent naissance à des larves malades (plus faciles à éliminer car immobiles) qui évoluent en nymphe d’où émerge, 48 heures après, un adulte malade plus difficile à supprimer car volant. Le chikungunya se propage donc d’un moustique malade à une personne saine qui devient malade et qui contamine un moustique sain. La saison des pluies arrivant, les gîtes à moustique seront de plus en plus nombreux. Il faudra en faire la chasse autour de sa maison et à l’intérieur de sa maison, tous les jours car il n’existe pas de traitement contre le virus Chikungunya.

    Dr Josiane MONTEZUME-BARNAY, neurologue, Pour l’URPS-ML

    Mots clés : Santé, culture


Dans la même rubrique


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...

Tous droits réservés Terre locale 2011 - Une réalisation Come Online